des vacances pour l'été!pourquoi pas!

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل

des vacances pour l'été!pourquoi pas!

مُساهمة من طرف kabiri في الأربعاء نوفمبر 11, 2009 12:52 pm

re-bonjour,

Juste pour lire!

Y a-t-il des vacances pour les pauvres du Maroc ?
Dans les grandes villes de notre pays comme Casablanca et Rabat, tout le monde ne parle que de vacances en été, les hommes d’affaires, les fonctionnaires, les ingénieurs, les médecins, les journalistes, etc. Mais ceux qui n’en parlent même pas, sont tout aussi nombreux. Ils sont plus de la moitié de la population marocaine ceux qui vont rester chez eux pendant les vacances. Parmi ceux-ci, il y en a qui ne partent nulle part du fait des difficultés économiques dues à la crise financière mondiale. Il y en a aussi d’autres qui ne partent jamais. Ceux-là qui, crise ou pas, ne peuvent pas se permettre un voyage, toujours trop coûteux pour eux.

said, instituteur (à Errachidia), a un revenu mensuel ne dépassant pas 3700 DH. Ce jeune homme déclare que son revenu précaire ne lui permet pas de voyager et de profiter de vacances. Il ajoute : « lorsque je paye mes dépenses mensuelles habituelles, il ne me reste tout au plus que 1000 DH pour subvenir à mes besoins alimentaires et ceux des trois autres membres de ma famille. Ce n’est pas grave pour moi que de ne pas partir en vacances, mais ma fille (Rabha) qui s’est classée première de sa classe, elle mérite de partir en voyage mais en l’absence d’une quelconque aide je ne vois pas comment je pourrais lui offrir ce plaisir, même pour elle toute seule ».

Rakia, trente ans, ne partira pas en vacances non plus cet été. Elle est comptable dans un établissement privé. « C’est un poste qui n’est pas très bien payé malgré les apparences ». Elle avance que même avec ses 4500 dirhams mensuels, elle a parfois du mal à s’en sortir, même si elle habite dans un logement social à Salé. « En comptant tous mes frais, il ne me reste même pas 1500 DH par mois pour vivre et du coup, il est impossible pour moi de prévoir de partir en voyage. En plus, je dois économiser pour payer mes frais d’inscription pour préparer un master en management d’environnement que je vais commencer en septembre, alors j’aurais trop de difficultés pour pouvoir économiser le moindre centime », regrette-t-elle. Pourtant, l’année dernière, elle a réussi à se payer une virée à Tanger, chez une amie, mais après un vrai parcours du combattant. « J’ai économisé sur mon salaire pendant sept mois pour pouvoir y aller », confie-t-elle.

Lachen, père de quatre enfants, est à la recherche d’un emploi. Il y a environ sept mois, la petite coopérative agricole qu’il avait montée avec d’autres personnes, a fait faillite précipitant toute sa famille dans la précarité. Depuis quelques mois, après une longue période de chômage, sa femme a trouvé un emploi dans une entreprise de textile. Mais leur situation ne laisse toujours aucune place aux loisirs : « le loyer, l’eau, le gaz, l’électricité et la scolarité des enfants, sont des charges importantes… Alors on évite les sorties », explique ce père de famille. «Depuis que je me suis marié, nous somme partis une seule fois chez de la famille. Mais cette année, ce n’est plus possible. Il faut qu’on travaille. Moi, je cherche n’importe quel type d’emploi pour pouvoir survivre et ma femme s’accroche à son poste pour éviter tout licenciement» , ajoute-t-il.

Nombreux sont ceux qui ne partent pas en vacances au Maroc. L’égal accès de tous, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux loisirs et aux vacances, devrait être un objectif national pour garantir l’exercice effectif de la citoyenneté. La réalisation de cet objectif passe par le développement économique et social mais également par l’optimisation des aides au départ en vacances des familles et des personnes en situation d’exclusion à travers le renforcement et le soutien aux structures d’hébergement du tourisme associatif et solidaire. Ce soutien est nécessaire pour que ces structures puissent offrir des vacances à un coût accessible et qu’elles puissent pleinement poursuivre leurs objectifs de mixité sociale en proposant des séjours pour tous.
Mais avant tout cela ;il faut cesser d’offrir aux instituteurs des propositions_bricolage tel que les classes d’études.des propositions qui prouvent qu’on a aucun respect envers l’instituteur !!

kabiri

ذكر عدد الرسائل : 3
العمر : 41
تاريخ التسجيل : 27/10/2009

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة

- مواضيع مماثلة

 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى